Les Cigares

Création du cigare :

Lorsque l’aventurier Christophe Colomb arriva à Cuba en 1492, il remarqua nombres d’indigènes fumant et respirant la fumée de plantes préalablement embrasées. En tout bon citoyen du monde qui se respecte, il décida de ramener cette nouveauté intrigante sur le Continent permettant, pour la toute première fois dans l’histoire de l’Occident, d’introduire le tabac qui initia sa légende et bien sûr, celle du cigare.cigares

Les étymologistes ne parviennent pas clairement à définir la provenance du mot « cigare ». Cependant, des traces écrites datant du XVe siècle mette en exergue les termes de « cohiba » et « tobaco » et plus avant encore, dans la peuplade maya, le terme « segar » entraîna probablement la première terminologie espagnole de « cigarro ».

 

Présentation d’un cigare aujourd’hui :

L’image générale véhiculée par les cigares est celle d’un produit de luxe, présenté dans un écrin de qualité. Les cigares en eux-mêmes sont généralement présentés avec une tête recouverte et fermée, il convient donc de préparer ledit cigare avant de l’apprécier.

Un rite s’est ainsi instauré entre les amateurs du monde entier qui en plusieurs étapes s’explique comme cela :

  • La tête est d’abord coupée à l’aide d’un coupe-cigare de façon nette et droite, environ à 3mm de la base de la tête. Bien sûr, comme la fabrication elle-même de bons cigares, elle se fait à la technique et à l’appréciation de l’amateur. Cela dit, il est intéressant de noter que suivant la distance à laquelle est coupée la tête, le tirage sera plus ou moins fort, et fatalement influera sur le fumage du cigare.
  • On allume le cigare au pied et ce, à l’aide d’un briquet à gaz à flamme souple ou avec une allumette longue en tenant le cigare dans l’autre main, et non directement à la bouche comme l’on pourrait le faire avec une cigarette. Vous pouvez cependant essayer d’allumer et de tenir le cigare dans la même main, mais comme vous vous en doutez, c’est peu convénient et cela demande nettement plus de dextérité !
  • Harmoniser la braise, après une incandescence réussie, en soufflant légèrement dessus puis porter le cigare à la bouche et commencer à l’apprécier.

 

modulesCigares, cigarettes et santé :

Nous faisions une brève comparaison avec la cigarette dans le paragraphe précédent, revenons dessus du point de vue de la santé.

À vrai dire, elle n’est pas aisée car le mode de consommation diffère entre l’un et l’autre. L’amateur de cigares n’inhale pas la fumée tandis que celui de la cigarette oui. (ou alors il « crapote », mais dans ce cas la cigarette représente bien peu d’intérêt car sa saveur est autrement moins subtile que celle d’un cigare) De ce fait, on ne peut pas clairement définir la toxicité du cigare par rapport à la cigarette car et dès lors, les poumons sont épargnés par la fumée et les constituants toxiques de la cigarette. En revanche, la bouche, les lèvres et l’oropharynx sont toujours sujets aux agents nocifs du cigare, d’autant que la teneur en nicotine d’un cigare est plus élevée que celle des cigarettes.

Mais encore sur ce point, il y a divergence. En effet, le « hit » de nicotine d’un fumeur de cigarettes n’a rien à voir avec le fait de garder la fumée d’un cigare dans la bouche. Dans le premier cas, la fumée passera donc dans la trachée et dans les poumons tandis que dans le second cas, le fumée sera absorbée par les muqueuses buccales. De plus, la feuille de tabac d’un cigare joue le rôle de filtre naturel de certains produits issus de la combustion du tabac tandis que le papier a cigarette aurait plutôt tendance à rajouter des éléments nocifs.

Vocabulaire et accessoires du consommateurs :boite a cigares

  • Le coupe-cigares que l’on a évoqué brièvement auparavant déjà est l’outil qui permet de couper la tête du cigare et le préparer pour sa dégustation. L’entaille provoquée influe sur le tirage du cigare, il est donc naturel d’avoir plusieurs types de coupe-cigares produisant différents types de coupes.
  • Le fume-cigare permet de fumer un cigare sans que celui-ci ne touche les lèvres. Il s’agit d’un tube évasé dans lequel on insère le cigare. On tire sur le cigare par le biais d’un embout à l’autre extrémité du fume-cigare.
  • La cave à cigares permet la bonne conservation des précieux sésames. En effet, les cigares sont très sensibles aux changements d’humidité. Ces boites contiennent généralement un humidificateur en mousse imbibée d’eau déminéralisée, elles sont fabriquées de cèdre d’Espagne.
  • La bague est un anneau de papier qui décore les cigares. (nb : un tel collectionneur est un vitolphiliste)
  • La casa de tabaco est le lieu où, après récolte des feuilles de tabac, l’on les laisse sécher.
  • Le torcedor ou torcedora est l’ouvrier(e) qui roule les cigares tandis qu’un Veguero est le paysan qui cultive le tabac (destiné à la production de cigares)

Leave a Reply